Tableau des résultats
logo_elites_jonquiere

Une deuxième famille

Par Elites-jeudi 03 Mai 2018

En l’espace de quelques jours, c’est un Charles-Édouard bousculé par des délais très courts qui a non seulement pris la décision de partir à plus de trois heures de route de la maison familiale pour joindre les rangs des Élites de Jonquière, mais qui a surtout dû s’adapter à une vie complètement différente: une nouvelle ville, une nouvelle école, une nouvelle équipe de hockey, un nouvel entourage, mais surtout une nouvelle famille.

Partir à un jeune âge de chez soi est insécurisant. Les équipes de hockey ont donc plusieurs familles d’accueil qui doivent respecter, selon Hockey Canada, plus de dix règles qui permettront l’épanouissement du jeune dans son nouveau milieu de vie, dont l’offre d’un milieu propre qui est axé sur la famille et l’accueil chaleureux des joueurs. Pendant deux années consécutives, Charles-Édouard est arrivé dans une nouvelle famille d’accueil. Pour sa deuxième saison, c’est Rémi Deblois et Gina Lapierre qui l’ont hébergé. « Notre premier contact avec Charles a été en pleine nuit. Il a été retranché du camp des Voltigeurs de Drummondville. Le lendemain, il jouait un match à Lévis avec les Élites. Puis, il a pris l’autobus le soir même vers le Saguenay avec tous ses bagages. On l’a donc rencontré pour la première fois dans le stationnement du Foyer des Loisirs à minuit et demi. C’était un peu spécial! », raconte le couple en se remémorant ce moment inusité.

Malgré la méconnaissance de l’un envers l’autre, l’adaptation entre un jeune et une famille de pension est souvent très facile. « Ça a vraiment bien été. J’étais le seul joueur dans cette pension cette année, mais ils m’ont vraiment rendu ça facile. Ça a pris à peine une ou deux semaines puis j’étais complètement à l’aise », mentionne Charles-Édouard Drouin en adressant un regard complice à ses deux parents d’accueil.

L’appréciation du Beauceron envers sa famille d’accueil est réciproque. Grands amateurs de hockey, M. Deblois et Mme Lapierre se font un plaisir d’accueillir des joueurs depuis maintenant trois ans. « Avoir la présence d’autres personnes dans la maison est vraiment agréable. Ici, on ne loue pas des chambres. Les jeunes vivent avec nous. Ils mangent avec nous, ils passent du temps avec nous, on écoute des matchs de hockey ensemble, dont ceux des joueurs qui sont déjà passés par ici. », explique Rémi Deblois, visiblement heureux des moments qu’il a partagés avec les différents jeunes qui sont venus habiter chez lui. Le père d’accueil a même installé au plafond du sous-sol de la maison une barre où sont soutenues toutes les photos d’équipes des joueurs accueillis.

L’atmosphère conviviale règne tout autant chez France Beaulieu, qui accueille cette année deux joueurs des Élites, Mikisiw Awashish et Franco Beaudoin. Ce dernier est un habitué des familles de pension, alors qu’il a commencé à vivre dans une telle situation à 14 ans lorsqu’il a poursuivi son parcours d’hockeyeur à Baie-Comeau. « Toutes les familles ont une différente façon de faire, il faut simplement s’adapter à ce qu’ils veulent », affirme-t-il, semblant satisfait de son parcours en pension.

Mme Beaulieu est comblée d’être tombée sur deux joueurs comme Mikisiw et Franco. « L’organisation essaie de choisir des jeunes qui vont correspondre à nous autres. Moi je suis tranquille, donc je me suis fait donner des gars tranquilles aussi, je trouve ça plaisant! », souligne-t-elle en souriant.

Les joueurs quittent souvent leur famille d’accueil après une année et cette séparation attriste les principaux intéressés. Cependant, dans la plupart des cas, l’année d’hébergement des joueurs n’est que la première d’une très longue relation entre le jeune et sa deuxième famille.

 

Les Élites sont toujours à la recherche de familles d’accueil en vue de la prochaine saison. Si vous êtes intéressés, veuillez contacter Mme Lucie Girard au 418-542-7301.

Un texte de Gabriel Duhamel, les Élites de Jonquière.